RSS

Archive for the ‘Ecologie’ Category

Lorsque l’eau de votre bain est froide et que vous n’êtes pas prêt à sortir, que faites-vous? Vous libérez de l’eau froide et faites couler de l’eau de chaude? Hum.. pas très écolo! Désormais avec les cailloux WarmOn ce problème n’est plus! Ces cailloux sont équipés de rayons qui maintiennent la température de l’eau pour une durée déterminée. Ingénieux, mais je n’ai aucune idée sur une probable commercialisation du produit.

via Yanko

 

 

Partager cet article:
  • Print
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Live
  • PDF
  • email
  • MySpace
  • RSS
  • FriendFeed
  • Netvibes
  • Wikio
  • Wikio FR
  • Technorati
  • Posterous
  • Twitter
19 < >avr 2012

warm On Les pierres magiques qui gardent l’eau chaude du bain

Author: Romain Pignoux | Filed under: Ecologie, flash idéebiz

Fini la corvée du pressing pour garder vos costumes impeccables. La compagnie lainière Woolmark vient récemment de mettre au point une technologie révolutionnaire pour se passer de ce fardeau.

L’idée principale:
Un costume qui se nettoie simplement avec de l’eau tiède.

Comment?
Avec ce principe, plus besoin de lessive ni de machine. Accrochez votre ensemble sur un cintre et accrochez-le à la barre de douche. Arrosez d’eau tiède pendant 10 minutes de manière à ce que l’endroit et l’envers soient imprégnés. Sans avoir besoin de le frotter, ni de l’essorer, le costume s’égouttera durant toute une nuit avant de laisser place quelques 9 heures plus tard à un résultat impeccable, comme si le costume sortait du pressing.

Peu d’informations circulent sur cette prouesse technologique. L’AWI protégeant jalousement son secret. Tous juste sait-on que cette performance est rendue possible par certaines qualités de la laine mérinos.

Pourquoi ?
Cette matière révolutionnaire va permettre de réaliser de sérieuses économies de pressing. Ajouté à cela que ce nettoyage ne nécessite ni solvant, ni détergent. Un geste de plus pour l’environnement!

Commercialisé pour l’instant au Japon, son lancement en France est prévu avant l’été.

siteweb: Australian Wool Innovation

Partager cet article:
  • Print
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Live
  • PDF
  • email
  • MySpace
  • RSS
  • FriendFeed
  • Netvibes
  • Wikio
  • Wikio FR
  • Technorati
  • Posterous
  • Twitter
10 < >août 2010

le costume qui se nettoie sous la douche

Author: Romain Pignoux | Filed under: Ecologie, technologie

Vivant à Paris, je suis conditionné à slalomer entre les crottes de nos amis les chiens, bien que je dois l’admettre, il y en a de moins en moins sur nos trottoirs. Malgré tout, ramasser la crotte de son cabot lors de sa promenade journalière n’est pas le moment le plus facile ni le plus valorisant pour la vie du maître. Alors comment rendre ce geste citoyen agréable ? Réponse : en le faisant avec humour ! Ainsi Dog Poo propose un assortiment de 16 sacs recyclables proposant chacun un visuel humoristique ou ironique : « doggy style », « attrape et court », «  ne me blâmez pas » etc.
Disponible sur le site Designpray.com au prix de 12,90€ les 16 sacs.

siteweb designspray

via yanko design

Partager cet article:
  • Print
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Live
  • PDF
  • email
  • MySpace
  • RSS
  • FriendFeed
  • Netvibes
  • Wikio
  • Wikio FR
  • Technorati
  • Posterous
  • Twitter
28 < >juil 2010

Ramassez la crotte de votre chien avec humour

Author: Romain Pignoux | Filed under: Ecologie, flash idéebiz, Vie quotidienne

papertowels

Saluons sur idéebiz cette initiative écologique de la société PeopleTowels basée en Californie, qui commercialise des essuies mains pouvant être utilisé à l’infini. Selon le site du fabricant une personne utilise entre 2400 et 3000 serviettes en papier chaque année rien que sur le lieu de travail, représentant 3000 tonnes de déchets papier produit chaque jour rien qu’aux Etats Unis.
En Novembre 2009, l’entreprise a lancé l’essui main de poche à séchage rapide, fabriqué à 100% à partir de cotton biologique issue du commerce equitable. Le packaging n’est pas en reste, la collection de serviette étant proposée dans des tons et motifs originaux avec une étiquette facilitant l’accrochage à un sac à main ou sac à dos.
Le prix de ces serviettes est de 8$ l’unité et de 21$ pour un set de 3. A noter que 1% des bénéfices est reversé à l’association 1% for the planet.

siteweb: peopletowels

via springwise

Partager cet article:
  • Print
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Live
  • PDF
  • email
  • MySpace
  • RSS
  • FriendFeed
  • Netvibes
  • Wikio
  • Wikio FR
  • Technorati
  • Posterous
  • Twitter

ycup1

Buvez du café et faites un geste pour l’environnement. Si l’on considère le nombre de cafés bus bar jour dans le monde dans les fameux gobelets en carton en connaissant l’idée que véhicule le concept Y in Cup imaginé par le designer Joon Kim, on se prend tout de suite à imaginer un nouveau monde.
Alors qu’est ce que le Y in Cup ? Tout simplement un gobelet à café avec un double fond situé sur le dessous. Dans ce double fond est logé un sachet de graines et un disque fertilisant permettant à l’utilisateur de plantes un arbre en ajoutant un peu de terre dans le gobelet vide. Ce dernier en matière biodégradable deviendra ainsi un pot accompagnant le début de la croissance de l’arbre.
Toutes les idées les plus folles naissent dans l’esprit de concepteurs tout aussi géniaux, alors imaginons que cette idée devienne réalité, ça ne coûte rien.

via TrendsNow

Partager cet article:
  • Print
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Live
  • PDF
  • email
  • MySpace
  • RSS
  • FriendFeed
  • Netvibes
  • Wikio
  • Wikio FR
  • Technorati
  • Posterous
  • Twitter

http://www.tapitwater.com/?cel=1L’idée :
TapIt est un programme communautaire permettant aux gens de remplir leurs bouteilles d’eau gratuitement dans les cafés participants.

Comment ?
TapIt vise à se substituer à la consommation et l’achat de bouteilles d’eau en plastique. Si vous avez soif, plus besoin de vous rendre au supermarché, vers un distributeur automatique, dans un fastfood ou chez un revendeur à la sauvette. Avec TapIt la distribution d’eau potable est assurée par les restaurants ou les cafés partenaires qui se seront inscrit au préalable.
La liste de ces relais est consultable sur internet ou via l’application iPhone TapIt. Dans vos recherches, il sera précisé pour les clients les plus exigeants si l’eau est filtrée ou pas, à température ambiante ou réfrigérée. L’initiative a été mise en place premièrement à New York où elle compte maintenant plus de 100 relais partenaires après un an d’existence. Elle est désormais disponible dans différentes villes des états de Californie, Floride, Oregon, Massachussetts et Oregon.

Pourquoi ?
Considérations économiques ou environnementales ? Les deux ! Avec cette opération TapIt encourage la consommation d’eau du robinet afin que les utilisateurs choisissent de préférer ce type de consommation plutôt que l’achat de bouteilles d’eau de source en plastique à usage unique.
Les partenaires de l’opération (cafés ou restaurants) peuvent de leur coter attirer une nouvelle clientèle de passage à cout zéro, pour les amener à fréquenter leur établissement ultérieurement. Par contre je ne vois aucune source de revenu pour cette opération, la bouteille aurait pu servir à mon sens de support publicitaire pour des annonceurs.

- originalité: 5/5
- utilité: 5/5
- rentabilité à long terme : 0/5
- niveau de technicité : 4/5
- investissements : 4,5/5

note finale idéebiz: 3,7/5

siteweb: TapIt

via springwise

Partager cet article:
  • Print
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Live
  • PDF
  • email
  • MySpace
  • RSS
  • FriendFeed
  • Netvibes
  • Wikio
  • Wikio FR
  • Technorati
  • Posterous
  • Twitter

ba3Vous avez entrepris de perdre du poids, ce service est fait pour vous. Ce projet, surtout si la personne souhaite perdre une masse importante peut demander des efforts terribles devant s’accompagner d’une solide motivation. Avec ThinnerView voici un programme pouvant apporter ce petit plus qui consolidera cette motivation. Explications :

L’idée :
ThinnerView est un service qui permet de visualiser comment les utilisateurs seront si ils respectent leur programme de régime minceur.

Comment ?
Les utilisateurs envoient une photo d’eux actualisée (avec leur poids actuel), ils indiquent ensuite l’objectif qu’ils aimeraient atteindre. De là un virtuose de la retouche photo avec une certaine expérience « de la diminution de masse corporelle » intervient et crée à partir du cliché une image sur mesure en tenant compte de la structure osseuse et de la forme général du corps qui traduira de manière la plus fidèle ce que sera l’individu une fois son programme achevé. Le résultat est disponible dans un délai de deux à trois jours ouvrables.
Une fois la photo du « devin photographe » reçue, l’utilisateur peut déjà présumé de sa forme future et se vanter auprès de ses amis en l’affichant sur sa page facebook ou sur la page perso du site. A noter que ThinnerView est efficace pour une perte de poids comprise en 2 et 50 kilos. Au delà l’entreprise conseil aux clients de commander une photo à mi parcours du programme minceur. Concernant le prix, le premier tirage est proposé à 14,99$, le second à 9,99$ et chaque tirage supplémentaire à 4,99$.

Pourquoi ?
En premier lieu il s’agit d’un moyen efficace pour renforcer sa motivation au début ou au milieu de l’avancée de son programme. Deuxièmement, l’utilisateur n’est plus dans l’imagination d’un hypothétique résultat puisque désormais il visualise d’une manière concrète ce qu’il sera à l’issu de son programme. D’ailleurs le site de ThinnerView indique que ce procédé peut augmenter le taux de réussite de plus de 75% avec à l’appui de nombreuses études ayant démontré les effets positifs de la visualisation sur le taux de réussite.
ThinnerView me fait aussi penser au principe du « essayer avant d’acheter ». Vous voulez entreprendre un régime mais vous doutez de son résultat, alors essayer ThinnerView et vous verrez le résultat avant même d’avoir commencé. Tel aurait pu être la phrase d’accroche du produit.

- originalité : 5/5
- utilité : 5/5
- rentabilité à long terme : 4/5
- niveau de technicité : 2,5/5
- investissements : 3,5/5

Note finale idéebiz : 4/5

siteweb: ThinnerView

via springwise

Partager cet article:
  • Print
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Live
  • PDF
  • email
  • MySpace
  • RSS
  • FriendFeed
  • Netvibes
  • Wikio
  • Wikio FR
  • Technorati
  • Posterous
  • Twitter

snola

Nous avions déjà évoqué le cas de Burgerville un fastfood écologiques, concurrent de Mc Donald’s. Voici un autre exemple avec Sno:la.

L’idée :
Sno:la est une chaîne écologique de fast food spécialisée sur le Yaourt

Comment ?
Les 3 boutiques Sno:la (Beverly Hills, Santa Monica, Kyoto) sont toutes conçues dans un esprit écologique. Tous les pots de yaourt, réalisés à partir de maïs, sont biodégradables et compostables, les cuillères sont fabriquées à base de bois et de pomme de terre et les ingrédients et les saveurs utilisées sont toutes de saison.
Mais continuons l’inventaire des restaurants : les comptoirs de présentation sont réalisés à partir de composants d’ordinateur, les tables sont à base d’eucalyptus. Les décorations murales sont réalisées à partir de bois recyclé

Mais la conscience eco-sociale de Sno: la ne s’arrête pas là. L’entreprise reverse 1% de son chiffre d’affaire à Slow Food USA, qui soutient l’agriculture durable, et réserve un autre pourcentage de son chiffre d’affaire au Programme alimentaire mondial de l’ONU, qui aide les enfants dans le monde entier.

Et le produit dans tout ça ? Sno :la propose toute une gammes de yaourts réalisés avec du lait issu de l’agriculture biologique et aromatisés par les saveurs saisonnières. Un peu comme une glace chez Häagen Dasz ou un café chez Starbucks, vous pouvez accompagner votre yaourt en choisissant parmi plus de 40 ingrédients.

Pourquoi ?
Je me réjouis de voir que l’écologie se marie avec la restauration rapide réceptacle de tous les maux. Des exemples de ce type fleurissent aux quatre coins du monde et l’ère de la différenciation a commencé. Les hamburgers, les yaourts, les céréales, le café, je pense que l’on peut étendre le concept à d’autres denrées.

siteweb: sno:la

Source: Springwise.com

Partager cet article:
  • Print
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Live
  • PDF
  • email
  • MySpace
  • RSS
  • FriendFeed
  • Netvibes
  • Wikio
  • Wikio FR
  • Technorati
  • Posterous
  • Twitter
24 < >juin 2009

Les restaurants de yaourts écologiques

Author: Romain Pignoux | Filed under: Ecologie, Restauration & Agroalimentaire

sans-titre2

A la recherche d’un nouvel avenir pour le transport écologique, le fondateur Ecotricity Dale Vince a entrepris de créer la première supercar zéro émission. Sur une base de Lotus Exige, le véhicule a été fortement modifié : les ingénieurs lui ont greffé un moteur électrique fonctionnant au vent!

Dale nous tiens au courant de l’évolution de son projet sur son blog Zero Carbonista et nous explique comment il transforme la supercar en élégant véhicule électrique capable de fonctionner seulement grâce au vent.

Ma présentation est assez courte, mais pour rebondir sur un précédent article consacré à l’avenir du moteur électrique, je me réjouis de voir ce type d’initiative réconciliant l’automobile et l’écologie.

Siteweb :  ecotricityZero carbonista

Source: CoolBusinessIdeas.com

Partager cet article:
  • Print
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Live
  • PDF
  • email
  • MySpace
  • RSS
  • FriendFeed
  • Netvibes
  • Wikio
  • Wikio FR
  • Technorati
  • Posterous
  • Twitter
9 < >juin 2009

flash ideebiz: la supercar qui fonctionne au vent

Author: Romain Pignoux | Filed under: Ecologie, flash idéebiz, technologie, Transport

sans-titreLes Fast food sont depuis longtemps synonyme de « mal bouffe », surtout depuis que la population s’intéresse à son bien être. Avec Burgerville quelque chose est en train de changer. Ce n’est certes pas le premier fast-food à s’approvisionner localement et à agir durablement mais c’est l’une des plus grandes chaînes ayant choisi de suivre un chemin aussi radical sur la protection de l’environnement. Alors fast food peut il rimer avec écologie, alimentation saine et santé ?

L’idée :
Burgerville propose un nouveau modèle de fast food écolo et commercialement équitable.

Comment ?
L’ensemble des produits vendus par Burgerville proviennent directement d’exploitations locales. Les steaks sont garantis sans hormones ni antibiotiques. Le pain provient des boulangeries alentours et tous les produits sont frais et de saison, comme le dit l’entreprise, « vous ne trouverez pas de milkshake à la fraise en décembre ». Par contre les clients trouveront de la citrouille en Automne, des rondelles d’oignon durant l’été et des épinards en Avril.
En plus de se concentrer sur le développement durable de ses ingrédients, les 39 restaurants Burgerville s’éfforcent à être aussi vert que possible. Par exemple son huile de cuisson, à la fin de sa durée de vie, est recyclée en agro carburant, l’électricité alimentant les bureaux et restaurants provient des énergies éoliennes et tous les employés sont formés au recyclage et compostage des déchets.
Le positionnement écologique de Burgerville se traduit par des tarifs légèrement supérieurs que ceux des autres chaînes.

Pourquoi ?
Souffrant de la concurrence des géants du secteur, Burgerville s’est positionné sur un secteur de niche prometteur pour renforcer sa différence. Nous pouvons y voir de l’opportunisme, mais nous pouvons néanmoins saluer le geste.
Ce modèle économique qu’imprègne l’entreprise est une façon de sortir de la position figée et industrielle que véhiculent ses concurrents, en effet la carte des menus évolue en fonction des saisons
Précisons que Burgerville ne sert plus que des produits cultivés dans un rayon de 300kms à la ronde. Premièrement cela favorise grandement l’économie locale mais permet aussi une certaine diversité entre chaque restaurant. Enfin tous les employés bénéficient d’une mutuelle santé, chose rarissime dans l’industrie.

Siteweb : Burgerville

Exemples de « fast-food » écologiques : Seller’s Markets, O’Burger

Partager cet article:
  • Print
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Live
  • PDF
  • email
  • MySpace
  • RSS
  • FriendFeed
  • Netvibes
  • Wikio
  • Wikio FR
  • Technorati
  • Posterous
  • Twitter
8 < >juin 2009

BURGERVILLE: LE FAST FOOD ECOLO

Author: Romain Pignoux | Filed under: Ecologie, Restauration & Agroalimentaire
Navigation »